La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

Sébastien VAUMORON, Psychopraticien 

Aller sur le nouveau site

Prise de rendez-vous

Haut Potentiel Intellectuel : le diagnostic se fait à partir d’une consultation et de la passation d’un test de QI : WPPSI 4, WISC 5 ou WAIS 4 selon l'âge du patient. Il est vivement conseillé de faire également les questionnaires de prédiagnostic pour le Trouble du Déficit de l’Attention avec/sans Hyperactivité (voir ici : TDA/H) et pour le syndrome d’Asperger (voir ici : TSA) que l'on retrouve assez fréquemment associés au HPI. En effet, cela évite un diagnostic borgne, car non différentiel, et d'imputer à un HPI d'éventuelles difficultés scolaires, professionnelles, mais aussi émotionnelles, relationnelles, sociales etc. sans lien avec un HPI. Par exemple un enfant HPI qui a des difficultés difficultés de concentration a peut-être un TDA/H associé à son HPI car le HPI ne rend pas inattentif ou distrait, et celui qui ne comprend pas l'implicite et/ou le 2nd degré a probablement un trouble du langage pragmatique et donc peut-être aussi un syndrome d'Asperger, et celui qui a des relations sociales difficiles et/ou particulières a peut-être un syndrome d'Asperger associé. Le HPI est une capacité de raisonnement nettement supérieure à la norme de la tranche d'âge de la personne, mais cela ne préserve d'aucun trouble cognitif associé qu'il ne faut donc pas lui imputer à tort. Sinon, cela laisse la personne dans une fatalité du type : "je suis HPI et j'ai des difficultés pour me concentrer, ou je ne comprends pas l'implicite et/ou le 2nd degré, ou encore j'ai des difficultés sociales, mais c'est normal parce que je suis HPI..." alors que ce sont probablement des troubles associés que l'on peut réduire. Pire, parfois la lecture de quelques ouvrages ne faisant pas de différence entre les signes cliniques HPI et d'éventuels troubles cognitifs associés amènent des personnes à penser qu'elles sont probablement HPI car elles ont des difficultés pour se concentrer sauf si elles font deux tâches en même temps, ou parce qu'elle ne comprennent pas l'implicite et/ou le 2nd degré, ou qu'elles ont des difficultés relationnelles et sociales, alors qu'elles n'ont pas de HPI... 

Or, un diagnostic différentiel permet d'identifier la nature des signes cliniques relevés en plus du HPI, mais surtout de proposer ensuite des prises en charges ciblées et adaptées pour aider les personnes. 

 

Trouble du déficit de l’Attention avec/sans Hyperactivité (TDA/H) : le diagnostic se fait à partir d’une consultation à laquelle on peut y ajouter un questionnaire de prédiagnostic international (Questionnaire DIVA 2.0 partie enfant ou adulte). Il faut ensuite passer un test de QI pour mesurer la logique verbale, spatiale, et le raisonnement fluide, ce qui permet aussi d'observer la résistance aux distracteurs (pièges) mis dans les épreuves et la planification de la tâche, plus la mémoire à court terme, la mémoire de travail (auditive et visuelle au WISC 5, seulement auditive au WPPSI 4 et WAIS 4) où on peut observer l'attention fluctuante/soutenue, et mesurer la vitesse de traitement. Cela permet aussi d’explorer un éventuel retard de développement ou un Haut Potentiel Intellectuel. Et il faut ajouter un bilan attentionnel, comme le NEPSY 2 « attention et fonctions exécutives » est récent et diversifié. Il permet de mesurer l’attention auditive sur consigne simple et double consigne, l’attention visuelle en lecture simple, lecture avec inhibition, et double tâche avec inhibition, la flexibilité cognitive, la planification des tâches en autonomie et sur consignes orales. A cela j'ajoute la série d’épreuves de « perception sociale » car il est fréquent qu’un enfant/adolescent TDA/H identifie mal les affects des autres et ait des difficultés en théorie de l’esprit. Par ailleurs, la recherche indique qu'une personne sur deux ayant un syndrome d’Asperger a aussi un TDA/H, les épreuves de "perception sociale" sont très adaptée dans le bilan TDA/H. Ensuite, c'est à un médecin (neuro)pédiatre, (pédo)psychiatre ou neurologue, évidemment spécialisé sur ce trouble, que reviendra la responsabilité de poser (ou écarter) le diagnostic à partir de sa propre consultation et des résultats des bilans qui auront permis de comparer les difficultés relevées avec la norme de la tranche d'âge du patient. 

 

Trouble des apprentissages : le diagnostic se fait à partir d’une consultation, d’un bilan de TDA/H (test de QI + test d'attention) car les difficultés des apprentissages impliquent très fréquemment des difficultés en logique, mémoire, attention etc. A cela s’ajoutent d'éventuels bilans complémentaires plus spécifiques selon les difficultés relevées à l’entretien au test de QI et bilan attentionnel : un bilan orthophonique, un bilan logicomathématique, un bilan orthoptique fonctionnel, un bilan psychomoteur, en graphomotricité etc. Ensuite, c'est à un médecin (neuro)pédiatre, (pédo)psychiatre ou neurologue, évidemment spécialisé sur ce trouble, que reviendra la responsabilité de poser (ou écarter) le diagnostic à partir de sa propre consultation et des résultats des bilans qui auront permis de comparer les difficultés relevées avec la norme de la tranche d'âge du patient. 

 

Syndrome d’Asperger (TSA) : le diagnostic se fait à partir d’une ou plusieurs consultations, on peut y ajouter des questionnaires de prédiagnostic (Baron-Cohen et critères de diagnostic du DSM-5). Il faut ensuite passer un test de QI pour mesurer la logique verbale, spatiale, visuelle, la mémoire à court terme, la mémoire de travail (auditive et visuelle au WISC 5, seulement auditive au WPPSI 4 et WAIS 4) et la vitesse de traitement. Selon les cas, des signes cliniques sont également relevables au test de QI. A cela s'ajoute le NEPSY 2 « perception sociale » spécifique aux TSA chez l'enfant et l'adolescent car il évalue la reconnaissance d’affects et la théorie de l’esprit. Et il faut passer le bilan ADOS 2 qui complète l'évaluation du NEPSY 2 "perception sociale". Enfin, une personne sur deux ayant un syndrome d’Asperger a aussi un TDA/H, un bilan NEPSY 2 "attention et fonctions exécutives" est préconisé. Ensuite, c'est à un médecin (neuro)pédiatre, (pédo)psychiatre ou neurologue, évidemment spécialisé sur ce trouble, que reviendra la responsabilité de poser (ou écarter) le diagnostic à partir de sa propre consultation et des résultats des bilans qui auront permis de comparer les difficultés relevées avec la norme de la tranche d'âge du patient. 

 

Accès au site